/ Histoire

De longues années d’histoire

Il y a 500 000 ans... Tout commence...
L’histoire de Vaires commence, il y a 500 000 ans : des outils en pierre datant de cette époque ont été trouvés sur le territoire de la commune, mais c’est en 710 que l’on trouve la première mention de son nom donné à un domaine rural dépendant alors
de Lagny-sur-Marne.

Jeanne d’Arc
Autre date qui marque l’histoire de Vaires c’est le « Combat de la Prairie de Vaires » que Jeanne d’Arc mena contre Franquet d’Arras en mai 1430 ; ce fut d’ailleurs son dernier combat victorieux.
La deuxième église de Vaires, achevée en 1934, sera d’ailleurs dédiée à Jeanne d’Arc.

L’évolution de la population
Le cahier de doléances de la commune, rédigé en 1789 et intégralement conservé, nous apporte de précieux renseignements sur ce modeste village qui ne comptait alors qu’une petite centaine d’habitants, répartis en 18 familles. La ville compte désormais 13 389 habitants comptabilisés lors du dernier recensement de janvier 2014. Pendant plusieurs années, Vaires a été considérée comme une ville à population vieillissante mais depuis plus de dix ans, la construction de nouveaux logements a donné un coup de jeune à sa population avec l’installation de nombreuses jeunes familles séduites par le cadre agréable de la petite ville. À l’heure actuelle, près des trois-quarts des Vairois ont
moins de 50 ans.

Vaires, ville cheminote
Vaires voit son développement s’accélérer de façon spectaculaire au 19e siècle avec le creusement du canal de Vaires à Neuilly puis avec la première halte de chemin de fer, sur la ligne Paris Strasbourg, ouverte le 12 janvier 1898 aux passagers. Cette dernière devient très vite trop exiguë avec l’augmentation fulgurante du nombre de passagers et complètement obsolète lorsqu’il est décidé de faire passer de deux à quatre le nombre des voies de chemin de fer. Les travaux de construction d’une nouvelle gare commencent alors en 1932. La gare que nous connaissons est inaugurée le 2 juin 1933. En 2007, la ville accueille le premier tronçon de la ligne TGV Est, long de 300 km et reliant
Vaires-sur-Marne et Baudrecourt (Moselle).
Le second tronçon, long de 106 km, dont les travaux ont commencé à l’été 2010, ont été achevés en 2016. La ligne à grande vitesse terminée devrait relier à terme Vaires-sur-Marne à Vendenheim dans le Bas-Rhin.

Du petit village à la ville
La transformation du village en petite ville commence vraiment à partir de 1908 quand la société immobilière Bernheim rachète les terrains de l’un des deux gros propriétaires de la commune et en fait le lotissement qui donne à Vaires son plan et son visage pavillonnaire actuel.
La société Bernheim cède alors « gratuitement » un terrain bien situé, sur la future grande artère qui reliera les ponts à la halte, pour y bâtir la nouvelle mairie école. Premier bâtiment officiel du lotissement, elle est inaugurée le 3 octobre 1909.

La rénovation de la mairie
En 1991-1992, la mairie a pris son nouveau visage : elle est beaucoup plus grande, avec un nouvel étage, et plus ouverte sur la ville grâce à la disparition du mur de clôture et de ses hautes grilles. Cependant elle a gardé tout son cachet ancien et on reconnaît bien le bâtiment originel, dont la porte, entre autres, n’a pas changé.

Le triage
En 1916, les autorités militaires décident la construction d’un camp de permissionnaires, sur la ligne est, à mi-chemin des gares de Chelles et Vaires. C’est à l’emplacement de ce camp de régulation des permissionnaires que la Compagnie de l’Est décidera quelques années plus tard, de construire un triage.
Quand il est achevé, en 1932, le triage s’étend sur une superficie de 210 hectares et comprend environ 500 km de voies. Pendant des années, ce triage est un des plus actifs de France. En 1944, la Ville de Vaires est particulièrement éprouvée par les bombardements alliés. Le triage, qui joue alors un rôle essentiel dans les communications ferroviaires avec l’Allemagne, subit alors cinq attaques aériennes en quatre mois provoquant des destructions importantes et de nombreux morts, ce qui vaudra à la Ville de Vaires de recevoir la croix de guerre en 1948.

La centrale électrique : du charbon aux TAC
La ville connaît au début des années 60 un nouvel essor grâce à la construction d’une centrale thermique à charbon terminée en 1966. Cet apport économique permet un développement harmonieux avec la construction de nouveaux pavillons et de petits immeubles à caractère résidentiel ou social. La centrale a été pendant plus de 40 ans le point culminant de la ville de Vaires-sur-Marne. Les Vairois se rappelleront du 11 décembre 2010, où ils ont assisté à son dynamitage par tir explosif. L’environnement prenant une place importante, elle a été remplacée par de nouvelles turbines à combustion. Elles fournissent de l’électricité en complément du réseau national lors des
périodes de grand froid.