/ L’interview de Loïc DOS SANTOS

En cette période de crise sanitaire, le référent famille du Centre socioculturel (CSC), Loïc DOS SANTOS, s’organise pour aider les familles vairoises. Malgré les nombreuses restrictions, il se fait un devoir de proposer de nombreuses activités afin que la devise du CSC, entraide et partage, soit toujours d’actualité.
À noter par ailleurs qu’à partir du lundi 1er février, la ville de Vaires-Sur-Marne accueillera un nouveau directeur au sein de son Centre socioculturel, Nicolas KERVRAN.

Quel est votre rôle au sein du Centre socioculturel ?
J’occupe actuellement le poste de référent famille. C’est-à-dire que je coordonne les projets et actions qui concernent les familles. En parallèle, je suis également engagé sur des missions tournées vers le développement de la « participation citoyenne » au sein de la structure. Enfin, je suis chargé de mener un « diagnostic de territoire », c’est-à-dire d’aller à la rencontre des habitants et des professionnels qui exercent sur la ville, pour repérer les souhaits et besoins des Vairois et ainsi adapter l’offre de service du Centre socioculturel.

Quelles activités proposez-vous actuellement avec toutes les restrictions dues à la crise sanitaire ?
Comme dans toutes les structures accueillant du public, la crise sanitaire a eu un impact important sur les activités proposées au Centre socioculturel. Pour le moment, nous avons pu maintenir l’atelier « cartable en famille », en adaptant les conditions d’accueil comme le stipule le règlement actuel. C’est-à-dire que nous continuons avec les enfants et les adolescents, mais que nous ne pouvons pas faire participer les parents comme c’était le cas auparavant. En temps normal, cet atelier qui se déroule tous les soirs après la sortie scolaire, est un temps de soutien proposé aux familles ayant des enfants présentant certaines difficultés scolaires. En plus d’une « aide aux devoirs », nous leurs présentons également des méthodes d’apprentissage détournées en passant par des outils ludiques.
Et puis, depuis début janvier, nous avons repris l’atelier « Parents/Jeunes-enfants » du jeudi matin ! Ce qui est une excellente nouvelle pour les familles qui y participent. Nous avions également l’autorisation de reprendre le « café des parents », un groupe d’échange qui permet d’aborder des sujets liés aux relations parents/adolescents, en compagnie d’une psychologue. Malheureusement, avec la mesure du couvre-feu, nous avons dû faire machine arrière et reporter la reprise de cet atelier.
Nous attendons avec impatience de pouvoir relancer nos ateliers accueillants des adultes (Ateliers sociolinguistiques, les « mains créatives », etc…) mais nous nous estimons heureux de pouvoir malgré tout poursuivre une partie de nos actions.
Pour maintenir le contact avec nos adhérents, nous avons également mis en place un système de suivi téléphonique, afin de proposer des temps d’échanges aux personnes qui le souhaitent. Cette démarche se combine avec la création de nombreux groupes WhatsApp. Cela permet aux personnes qui se côtoyaient lors des ateliers de converser en attendant de pouvoir se retrouver au CSC.

Quelles sont les conditions pour y participer ?
En temps normal, tous les Vairois peuvent participer aux actions du centre. Comme je l’ai dit précédemment, nous ne pouvons pas accueillir le public adulte au CSC, à la seule exception des ateliers de « soutien à la parentalité ». Bien évidemment, le port du masque y est obligatoire pour toutes les personnes de plus de 6 ans. Nous demandons à notre public de bien respecter la distanciation sociale ainsi que le lavage régulier des mains, pour lutter contre la propagation du virus. Nous comptons sur la responsabilité de chacun pour se protéger au mieux et tout le monde joue le jeu malgré le côté très contraignant des mesures.

Pouvez-vous parler de la campagne de recherche de bénévoles ?
Pour commencer, je vais vous décrire un peu le mode de fonctionnement du Centre socioculturel. Le CSC est avant tout une « maison des habitants », c’est-à-dire qu’il est un espace d’expression et d’initiatives où tout le monde peut, s’il le souhaite, s’investir. Comme j’aime beaucoup le dire : c’est «  la maison des habitants, pour les habitants et par les habitants ».
Le bénévolat est une pièce essentielle au bon fonctionnement de la structure. En effet, la plupart des ateliers qui prennent place au CSC sont menés et encadrés par des bénévoles. Ils complètent donc le travail fourni par les professionnels, tout en apportant leurs réflexions pour améliorer l’atelier au sein duquel ils sont impliqués. Nous réfléchissons, construisons et proposons ensemble les actions futures du centre, afin qu’elles puissent profiter à un maximum de Vairois. Ces bénévoles sont, par ailleurs, principalement des personnes résidant à Vaires, ou bien dans les communes environnantes. Nous les remercions tous les jours pour leur générosité, le temps précieux qu’ils consacrent à leur engagement, car sans eux, le Centre socioculturel n’existerait pas.
En ce moment, nous avons pour ambition d’étendre le champ d’action du Centre socioculturel. Développer sans être contraint par nos locaux, en se rendant directement dans les secteurs de la ville qui peuvent être parfois très éloignés physiquement de la structure. Nous voulons également continuer de proposer des actions en rapport direct avec les besoins des Vairois, tout en consolidant ce qui a déjà été mis en place. Et pour cela, nous avons besoin de renfort ! Voilà pourquoi nous invitons les personnes intéressées par la découverte du bénévolat à venir nous rencontrer, afin d’échanger sur les souhaits et attentes de chacun et pourquoi pas d’intégrer l’équipe de bénévoles.
Si vous me le permettez, je terminerai cet échange par une citation, pas très originale certes, mais qui décrit totalement la philosophie portée par le centre :
« Tout seul, on va plus vite. Ensemble, on va plus loin. » Proverbe africain.